Le Sénat vote contre l'accessibilité : le combat continue

APF-baton_40x60[1].jpgPlus que jamais, continuez à signer et à relayer la pétition !

Interpellez les parlementaires, le gouvernement et le président de la République !

 

Pour lire le communiqué de presse, cliquez ici

bouton pétitionj.jpg

boutonsignatires.jpg

Commentaires

Jusqu'a quand dur la pétition?

Merci

Écrit par : nelly | 29/06/2011

Elle n'a pour l'instant pas de date limite !

Écrit par : Modérateur | 29/06/2011

Bonjour et bravo pour votre combat

Où trouver le récapitulatif des votes par sénateur sur le site du Sénat, afin de savoir ce qu'a choisi le mien ? !

Écrit par : citoyen | 30/06/2011

Il semble que l'on ne puisse pas trouver cette liste mais vous pouvez aller lire le compte-rendu des débats ici : http://www.senat.fr/interventions/crisom_ppl09-191_2.html

Écrit par : Modérateur | 30/06/2011

je me bat depuis dix huit ans afin de faire connaitre et reconnaitre contre les gouvernements et les ministres successifs il y en a marre je ne souhaite pas de mal à personne mais tout les "hauts" dignitaires qui m'ont répondu devraient avoir cette maladie parce qu'ils se fichent de nous avec des réponses types. La dernière que j'ai envoyé à sarko au mois de décembre 2010 aux nom de tout les fibros de france il m'a répondu par son chef de cabinet, "Le président sais combien souffrent mes compratriotes et vous envoie toute sa sympathie" Si ce n'est pas se fichent de nous c'est quoi alors? marre marre marre de ces politique qui n'ont pas d'argent soi-disant et qui en trouve pour lever toute une armada de soldats porte-avion 2000 hommes dessus 16 avions de chasse, 400000tonnes de matériel des bombes des missile un missile lancer= 3 hopitaux de construit? et là on va emprunter de l'argent pour renflouer la grèce qui détourne l'argent et prive les "petits" Marre de ces politiciens qui sont à des années lumières de la pauvreté en france et qui sont anglués dans leur fauteuil de ministre gras comme des hyppopotames. Quand ne parlerons nous de PIB (produit intérieur brut) et plutôt Bien être des "citoyens" Marre des souffrances au quotidien où, même certains centre anti-douleur ne croient pas à la fibromyalgie comme celui de Reims. Marre de souffrir parce dans certaine ville comme la mienne chalons en champagne n'applique pas la loi qui stipule que chaque hopitaux de france de chaque ville doit être équiper d'un centre anti-douleur. Les chalonnais souffrants atrocement au quotidien sont dans leur cion à "crever faute de prises en charges et de non reconnaissance. Je pourrais si je pouvais vous montrer mes batailles radio, presse, télé gouvernement, haute autorité de la sécu etc. Je suis fatigué et le maux est faible, mais je me battrai jusqu'au bout de mes dernière force contre ce laxisme honteux de la france en minuscule. Bon courage à tous Michel LEDRU

Écrit par : ledru michel | 01/07/2011

Lettre ouverte
Pour une France accessible

Paraplégique depuis trois ans, suite à une intervention chirurgicale, j’ai appris l’adoption de la proposition de loi » Paul Blanc » en seconde lecture au Sénat.
Contrôleur économique et financier auparavant, et sans activité professionnelle depuis lors, c’est en tant que citoyen que je souhaite apporter, ma contribution au débat sur ces amendements, non tant sur le plan humain, car ils ont été suffisamment exposés par l’APF et de nombreuses associations que sur le plan économique où des erreurs d’interprétation sur les prétendus avantages que présenteraient ces amendements ontété faites.
Rappelons tout de même la plus grave conséquence humaine. Ce serait, de limiter le choix des personnes handicapées, actuelles et futures, pour leur logement, et d’accroitre ainsi leur isolement.
Sur le plan économique, la justification de ces amendements des parlementaires "Paul Blanc" viennent, d’une méconnaissance du marché immobilier et des principes économiques et financiers qui le régissent. Les groupes immobiliers contraints de réaliser des aménagements d'accessibilité pour les adaptations d'appartements aux handicapés font valoir que le surcout généré va freiner la demande de manière importante. Selon les parlementaires "Paul Blanc", la surface supplémentaire nécessaire est de 5 à 7 m² par logement et le surcout de 15 000 euros/logt. Ce qui a justifié les propositions des dérogations à loi du 11 février 2005 en faveur des handicapés.

Il est possible de discuter sur la souplesse de l'offre et de la demande en matière immobilière. Mais :
1- Le surcout de 15 000 euros sur 50 ans (durée d'amortissement fiscal d'une structure immobilière) ne représente déjà plus que 300 euros /an, pour des logements qui doivent rapporter au bailleur au moins 3 000 euros/m² sur 20 ans, soit 300 000 euros pour un logement de 100m² (sur la base d'une rentabilité dans le secteur immobilier de 5% par an, chiffre généralement admis).
2-L’accroissement des surfaces de construction qui résulterait de l’application de la loi du 11 février 2005 sans dérogation, + 1 % selon l'ONU, + 30 % sur les petits logements selon MM. les parlementaires " Paul Blanc", aurait un effet positif sur l'emploi et sur l'activité immobilière de construction. Sur la base de 100 000 logements par an et d’une superficie supplémentaire de 6 M² (5 à 7m² selon les parlementaires « PB »), c’est près de 600 000 m²/an de plus à construire, à 3000€/m² (chiffre donné par ces mêmes parlementaires), c'est 1,8 milliards d'euros/an de moins d'activité économique, soit l'équivalent de 50 000 emplois supplémentaires.
3/L’accroissement de la dette des ménages qui pourrait aussi en résulter est cependant compensé par l’activité économique qui permet le remboursement de cette dette.
Après l’alimentation, le logement, n’est-il pas l’un des vrais besoins ou l’une des activités économiques pour lesquels les français seront toujours prêts à consentir des efforts dans l’intérêt général de notre pays?


Olivier d'Arexy
64990 Saint-Pierre d'Irube

Écrit par : O. d'AREXY | 02/07/2011

L’accessibilité piétinée !

Ce mardi 29 juin, le sénat français a voté une loi autorisant « la » dérogation qui permettra la construction de bâtiments neufs en occultant une grande partie de la population.

Les acquis sociaux, civiques et humains sont un à un mis à mal.

Le 29 juin ? Voilà pourquoi lors d’un examen à l’hôpital, ma tension fut de 18.13.

Il est certain que l’intelligence ne caractérise pas le gouvernement. Pourquoi imposer des obligations, qui sont, soit dit en passant, honteuses de nos jours, lorsqu’il est plus simple de fermer les yeux.

Hé ! Vous, les dirigeants, qui pensez que le handicap est cher. Permettez-moi de vous rappeler que personne n’est à l’abri d’être un jour « à mobilité réduite » puisqu’il est de bon ton de parler ainsi.

Autoriser l’inaccessibilité ne va-t-il pas à l’encontre de la République ?

Qui financera les aides techniques ou/et humaines qui nous permettront d’accéder à la liberté de circuler ? L’Etat ou le handicapé… pardon la personne à mobilité réduite ?

Votre gestion est aussi médiocre que votre politique. Dois-je également rappeler que « nous » avons le droit au vote et, qu’accessible ou pas, le vote se fera, à l’aide de procurations.

Pour le droit à la différence et une société plus tolérante. Cessons de fermer les yeux espérant très fort ne pas être concernés par l’indifférence des politiques.

Ce n’est pas le handicapé qui pèse lourd dans le portefeuille de l’Etat mais bien la politique sur le handicap. Un conseil : « On efface tout et on recommence ». Mais cette fois-ci, intelligemment. Supprimer les absurdités qui font bloc face à notre détermination. Accordez nous enfin la liberté à laquelle nous aspirons. La liberté de se former, de travailler, de se déplacer… de vivre, tout simplement.

Écrit par : Didier Desmet | 03/07/2011

Les commentaires sont fermés.